Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2018

Trop de choses fortes.

Ce trop plein de choses fortes bloque mon écriture.

D'une, parce que je suis très occupée.

De deux, parce que cela se bouscule dans ma tête et que je ne parviens à trier ce dont je souhaite parler.

De trois, ces choses fortes me semblent difficiles à transmettre.

Ce vécu fort concerne plusieurs domaines ( les numéros ne donnent pas les priorités, le 1 est traité parfois en 3 etc mais c'est un besoin de lister qui confirme la confusion de mon cerveau actuellement !)

1. Ma formation au DU AGDA ( diplôme universitaire Administration, gestion et développement des associations, pour ceux que cela intéresse : internet !) C'est passionnant mais je ne m'attendais pas à ce que cela bouscule autant et que cela impose autant de travail personnel. Il faut que je m'organise. Un mi-temps étudiant que je dois savoir optimiser et ce n'est pas simple.

2. Ma nouvelle mission de déléguée territoriale scoute. Nous venons de faire notre WE de rentrée en tant qu'organisateurs et coordinateurs de l'événement rassemblant 100 personnes. Ce fut très fort en terme relationnel et contenu mais difficile d'expliquer en quoi consiste notre mission, le temps qu'il faut y consacrer et les échanges tellement forts que nous y faisons !( et cela en inter générationnel j'adore !)Ce matin, déjà 3 heures passées sur cette mission scoute ( bilan, évaluation, rangement, mails, beaucoup de choses)

3. L'école difficile d'être à fond dedans et pourtant le travail ne manque pas, même à mi-temps. Je dois gérer les projets que j'ai mis en place et quand même préparer mes cours, faire mes corrections, m'impliquer un minimum bien dosé et franchement, mentalement ce n'est pas simple.

4. La famille. Pas simple de vivre les transitions avec les grands qui vivent carrément leur vie et que nous avons du mal à voir, la dernière qui prend carrément son indépendance dans sa vie chalonaise et qu'il faut encadrer à distance....Les événements familiaux à organiser et beaucoup de choses qui reposent sur nos épaules ( futur 70 ans communs de mes beaux-parents, 20 ans de nos triplés)Plein de choses en tête...Beaucoup de choses fortes vécues en condensé, difficiles à expliquer.

5. Les amis, difficile de les intégrer à tout cet emploi du temps du moment.

6. L'activité sportive : zoumba et danse que j'essaie de ne pas manquer 2 soirs dans la semaine.

7. Loisirs : actuellement peu mais notre bénévolat scout en est un ! mais bientôt un grand voyage de 12 jours en Equateur....j'en reparlerai car là, alors que le départ est dans une semaine pile, cela me semble loin et quand je vois mon agenda de la semaine de retour....4 premiers soirs, 4 réunions : conseil d'école le lundi, réunion avec les musiciens de mon projet musical le mardi, équipe pilote scoute le mercredi, réunion parents/profs à Chalon le jeudi....et un WE qui suit ultra chargé avec baptême de la petite cousine le samedi et anniv des beaux-parents le dimanche.

En soi, cette description d'actions / choses fortes vous importent peu mais c'est juste pour écrire que ma tête est occupée de pensées très diverses, sur des sujets très variés et que cela me met un peu la panique à bord !!!

Je sais que le voyage va me faire déconnecter mais je ne veux pas d'un retour fracassant.

Dans ma formation, nous avons 20 minutes par session de tutorat de notre mémoire et 20 minutes de coaching personnel, je crois que je vais vite évoquer cette sensation de trop de choses fortes.

Je ne pense pas revenir écrire très vite.

10/10/2018

Je vais revenir.

Promis, je reviens dès que je sors la tête du tournis qui m'assaille.

J'ai commencé la formation....juste génial mais quelle idée m'a prise ???? Cela va être super intéressant voire passionnant mais..........je vais avoir un boulot de dingue, j'expliquerai !!!!

Je prépare activement notre premier WE scout de territoire pour ce samedi et dimanche, plus de 100 personnes pour lesquels nous assurons la coordination de la logistique, de l'intendance, de la technique, de l'animation, des jeux, de la réflexion, des ateliers bref un boulot bénévole de titan mais déjà là aussi beaucoup de partage.

Je continue l'école et les projets musicaux et la fameuse méthode de maths qui me demande bien de l'investissement.

Plus vie de famille.

Pas de temps du tout pour les amis et d'après moi cela va durer car vraiment je n'en reviens pas de ce que va imposer ma vie d'étudiante.

J'espère arriver à vous faire suivre cela de près.

Mais bon avec en plus le future voyage en Equateur ...

En fait, j'ai le tournis, mes pensées doivent passer de sujets divers à d'autres sujets;...

Après l'Equateur, je sais que 6 mois de vraie labeur m'attendent...

Promis je reviens.

01/10/2018

Je n'en peux plus de ce ministre.

Notre ministre de l'éducation nationale sait tout sur tout et ne prend compte en rien des avis des spécialistes.

C'est juste impressionnant comme il impose ses idées.

Dans l'enseignement élémentaire, c'est affolant....nous croulons sous les notes de service nous expliquant que la lecture c'est le savoir décoder ( mais punaise non de non !), que les 4 jours c'est mieux alors que tous les rythmes de l'enfant disent le contraire etc etc....et toutes ces infos médiatiques tellement fausses sur le terrain...mais bon, on s'y fait hein !

Dans le secondaire, alors là, un tsunami pédagogique arrive avec la réforme du lycée, tous les voyants et indicateurs des spécialistes sont au rouge, le conseil supérieur de l'enseignement ne valide rien de cette réforme, les proviseurs crient l'alerte mais non monsieur le ministre avance seul, sûr du bien fondé de tout ce qu'il pense être bien pour les élèves et les profs.

La réforme du lycée, je ne suis pas contre en soi, supprimer les séries c'est une bonne chose quand ce n'est pas déguisé !

Mais la réforme du bac comme elle se présente, je l'expliquerai dans un article dédié à cela, ne favorise que les bons élèves, vous savez ceux qui déjà, raflent toutes les places de parcoursup en premier lieu parce que leurs notes, appréciations de l'année sont très bonnes et que leur lycée d'appartenance a bonne réputation !

Introduire 40% de contrôle continu sur les deux ans de première et terminale ne feront qu'aider les bons et très bons élèves et par contre mettront en difficulté les autres qui partiront à l'examen avec des points de retard . Les mentions très bien seront aussi à la hausse pour les très bons élèves. Et ne parlons pas de ceux qui n'auront pas la chance d'avoir un prof juste, égalitaire, qui se remet en question si 36 élèves de sa classe n'ont pas la moyenne à un devoir ( si si ma fille a eu un prof de physique comme cela et jamais il n'a douté de lui une seule fois dans l'année)....et puis les fameux devoirs de contrôle instauré par le ministre dans plusieurs matières deux fois par an mais qui ne seront pas nationaux....mais faits par les profs de l'établissement et corrigés par eux, vive l'égalité entre élèves !!! L'anonymat et le caractère national du bac sont essentiels dans cet examen, tout le monde était logé à la même enseigne et si une épreuve est plus dure, elle l'était pour tous, et inversement, plus facile, elle l'était pour tous, et les jurys pouvaient harmoniser.

Mais en fait, ce matin, ce qui déclenche ma colère c'est l'article que je viens de lire sur le café pédagogique disant que monsieur le ministre qui a décidé de supprimer les options au bac ( car oui vraiment quelle injustice de gagner des points avec des options....oh vilains élèves !) et bien, il a décidé que le latin et le grec ne seraient pas concernés ! Vive l'élitisme  !!! 95000 élèves sur 800000 bacheliers suivent le latin et le grec et bien sûr pour la très grande majorité sont issus de milieu favorisé et sont de bons élèves...

Et ceux qui font musique, danse, natation, théâtre ou que sais-je, mais quel message on leur donne ????????

Ah votre option n'est pas assez haut de gamme pour qu'elle vous rapporte des points, elle ne demande pas assez d'efforts, d'investissement ??????????

Que le ministre aille voir des élèves musiciens, sportifs ou dans n'importe quel autre domaine pour comprendre que ce sont des heures et des heures de travail en plus du parcours scolaire pour arriver à de bons résultats.

Tant mieux si des élèves aiment le latin et le grec mais pourquoi ne favoriser que ceux-là ??????????

C'est écoeurant, c'est démotivant, c'est symptomatique d'une école qui ne voit que par les matières dites nobles, laissant de côté tellement de jeunes qui certes ne feront jamais de latin, de littérature ou de maths appliquées mais qui ont un énorme potentiel dans un autre domaine, qui ont de nombreux intérêts.

Comment est-ce possible de faire une telle hiérarchisation ??????????

Vraiment je n'en peux plus de ce ministre et nous sommes tellement abasourdis, que nous les profs, nous avons du mal à organiser notre mécontentement.