Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2018

Un jeudi encore difficile.

Ce soir, j'ai du mal à croire que c'était mon dernier jeudi avec mes M car ce fut encore une journée difficile et je veux raconter en quoi.

Déjà il n'y avait pas M autiste cela a simplifié quand même la donne.

Nous partions donc pour la journée à Leuglay à la maison de la forêt, nous sommes partis sous la pluie à 8h et comme toujours, j'étais déjà agacée par le manque de cohésion d'équipe de l'école et donc de cadrage des enfants mais bon, je me suis adaptée et c'est moi qui me suis coltinée les vomis de bus du matin, super entrée en matière !

La matinée fut sympa, à l'intérieur car pluie, visite de la maison de la forêt avec questionnaires, petites activités animées par les animateurs, plutôt bien !

Le midi, il y a eu une averse qui a fait que la plupart des adultes ont décidé de déjeuner à l'intérieur alors que cela a duré 5 minutes chrono, j'ai fait ma rebelle et me suis installée dehors avec 12 élèves, à l'air pur de la campagne, humide certes mais tellement plus au calme que dans une salle avec 50 gamins ! Les parents d'élèves étaient carrément contre, les autres enseignants partagés, bref j'ai pris la décision pour moi !

Mais le pire était à venir.

Morgan, cas psy et Mathias précoce, se cherchaient beaucoup et n'étaient pas très agréables mais bon au moins Mathias était passionné par les activités mais le temps libre du midi/deux fut compliqué et on ne peut pas dire que les collègues ont vraiment géré, il a fallu que j'intervienne plein de fois.

Puis, nous voilà partis pour une grande ballade en forêt à la découverte des traces d'animaux, des bruits, des odeurs, des arbres etc avec un super animateur sur le thème ( que je connaissais car intervient aussi à Aulot) et qui au final m'a fortement déçue, j'explique.

Dans la forêt, au sol, il y a avait tous les 2 mètres, des grosses limaces orange/rouges. L'animateur nous explique leur nom et à quoi elles servent et là déjà sur les 200 premiers mètres, Mathias ne se sent pas bien à la vue des chenilles. Je m'en aperçois et je vais vers lui pour le réconforter et lui dire que cela va passer mais je vois qu'il a des hauts le coeur, qu'il a du mal à respirer, qu'il est très crispé. Il me dit "maitresse je crois que je suis limaçophobe", sur le coup je plaisante un peu mais très vite, la situation dégénère, Mathias ne peut plus marcher, il est paralysé, a les yeux qui sortent des orbites, nous prenons du retard sur le groupe, il fixe la limace et est en crise de panique totale. Mon collègue s'en aperçoit, il vient, on essaie de raisonner Mathias mais je prends vite conscience qu'il est victime d'une phobie et que nous ne pourrons aller plus loin. L'animateur ne prend pas du tout cela au sérieux et demande à ce qu'un adulte rebrousse chemin avce Mathias pour que le groupe puisse avancer. Ce n'est pas la foule pour se dévouer alors je prends Mathias sous mon aile et je refais les 200 mètres avec lui, c'était horrible, il était en panique totale, paralysé à côté des limaces, dents serrées, respiration haletante, chaleur sur le front. Nous arrivons au bus, je le calme, le fais respirer, nous parlons de cette phobie que nous distinguons d'une simple peur, nous nous occupons en faisant un pendu, en discutant, on ressort du bus car il fait chaud et là, une limace, re-crise...re-calme et re-attente du groupe.

Et là c'est le pire.

L'animateur me dit "alors il va bien le peureux des limaces ?" Heu je lui explique que ce n'est pas drôle que vraiment il a fait une vrai crise de panique et là il me répond "ouais, il en rajouté,franchement je n'ai jamais vu cela !" ah ben lui déjà je ne suis pas allé lui dire merci pour son animation, de quel droit se permet-il ce jugement ?

Et là ma collègue ( pas le directeur que je décharge qui lui a quand même vu que Mathias était très mal) me dit " ouais....peur des limaces...Mathias quoi" D'où discussion sur le fait que déjà elle n'était pas dans notre groupe donc elle n'a pas vu l'état de Mathias et là je dis qu'une phobie c'est incompréhensible et j'ajoute "moi mon mari a la phobie des serpents mais vraiment car il ne peut pas regarder une photo " et là l'Avs répond "oui des serpents je comprends mais des limaces " Je tente donc d'expliquer que ce qui est une phobie pour l'un est totalement incompréhensible pour l'autre ( je parle de mon fils qui a le vrai vertige et qui en situation de vertige est très très mal alors que nous cela peut nous paraitre désuet !) et là je vois que personne ne croit Mathias, je leur explique quand même ma difficulté à le ramener au bus, tous les symptômes qu'il a eus, et vraiment je suis dégoûtée que des adultes puissent être aussi malveillants. Cette équipe croit que je défends Mathias bec et ongle car il est précoce et que le sujet me touche ( sachant qu'eux doutent de sa précocité et surtout n'essaient pas de s'y adapter) mais ce n'est pas vrai car j'ai été très exigeante avec Mathias depuis deux ans sauf que sur le plan émotionnel je tente des vraies adaptations car il a beaucoup de mal sur le relationnel et là je peux assurer qu'il ne faisait pas du cinéma !

Dans le bus, ma collègue qui pensait que je dormais en a remis une couche, cela m'a énervée à un point, j'ai osé dire que j'étais déçue par la réaction de l'animateur et redit à ma collègue qu'elle n'avait pas vu comment était Mathias. Et le directeur et sa psy de comptoir qui me dit "tu ne crois pas qu'il faudrait lui montrer une limace qu'il voit que c'est inoffensif qu'il la touche etc" mais ducon il le sait Mathias que c'est inoffensif ( il est plus intelligent que nous je rappelle et moi il me l'a dit que c'était incontrôlable), punaise une phobie, une crise de panique vous savez ce que c'est ou quoi ?????????????????

J'ai rendu mes clés de cette école pour un an ( j'irai peut-être y faire un peu de chorale) et franchement je me suis dit qu'ils n'allaient pas me manquer, collègues et trois M.

Mais comme je suis inquiète pour Mathias qui a été refusé à la section du collège Malraux pour enfants précoces et qui va au collège de secteur...sans vraiment un suivi sur son cas...

Ce matin, j'ai eu 4 cadeaux dont une feuille roulée de Mathias avec à l'intérieur une image de la chorale, des notes de musique et un texte tapé par lui ( car il fait beaucoup de choses à l'ordinateur) " Merci maîtresse de m'avoir supporté tout au long de l'année scolaire. Pour vous remercier, je vous donne un des tampons de votre collection, j'ai vu qu'il vous en manquait. Encore merci. Mathias"

La feuille était enroulée autour d'un tampon encreur tout neuf du modèle de ceux que j'utilise pour corriger les cahiers.

J'écris ces lignes et je pleure car je sais que j'ai été une goutte d'eau dans sa vie mais qu'hélas, je ne pourrai le guérir de sa phobie des limaces qu'il va encore rencontrer tout au long de sa vie de collégien et de jeune adolescent.

Les limaces rouges hélas ne sont pas que dans la forêt.

Bonne route Mathias en souvenir de nos jeudis.

Écrire un commentaire